Laurence Séguin

– Caporale, Forces armées canadiennes

Mon nom est Laurence Séguin, et je suis femme autochtone. Je suis de la région de l’Outaouais, principalement de Hull. Ma famille est québecoise d’origine algonquienne anishnabe. Depuis mon tout jeune âge, mes valeurs principales sont d’aider mon prochain et de faire attention à l’environnement. Le sport a toujours fait partie de ma vie et, à l’adolescence, j’ai donné des cours d’équitation incluant des séances de zoothérapie. Tout au long de mon parcours, je n’ai jamais arrêté de croire en moi et de croire en ce que je voulais faire. Par contre, ma vie n’a pas toujours été facile. J’ai débuté une quête afin de mieux connaître le côté autochtone de ma famille, dont je ne savais presque rien. Cette quête a fait en sorte que j’ai vécu des expériences qui sortent de la norme de la société. Ma vie, je dirais que je l’ai vue et vécue, et ce, malgré mon jeune âge. Je n’ai aucun regret, car ce que j’ai vécu fait en sorte qu’aujourd’hui, je comprends davantage la société et le système dans lequel nous vivons. Chaque expérience est une leçon que la vie nous enseigne. Il n’y a pas d’erreur, seulement des apprentissages que nous devons tirer de nos expériences, qui deviendront des leçons acquises. Il n’y a pas d’âge pour apprendre, tout comme il n’y a pas d’âge pour retourner à l’école. C’est à 23 ans que j’ai décidé d’aller étudier en vue d’obtenir un DEC. Par contre, l’école n’est pas faite pour moi. J’ai toujours voulu servir et aider mon prochain. J’ai suivi ce rêve et, aujourd’hui, me voilà dans les Forces armées canadiennes. Parfois, cela ne fait pas de tort de prendre du recul et regarder derrière soi afin de mieux aller de l’avant et affronter l’avenir; c’est en sachant d’où l’on vient qu’on peut vraiment voir le cheminement qu’on a accompli. Rien n’est impossible dans la vie, j’en suis une preuve vivante.

Menu